Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le WEbZine d'Eilymë

My Little Garden

Habitant en appartement, nous n'avons pas de jardin malheureusement, mais la chance d'avoir un coin verdure quand même, dans notre salon, salle à manger.
Nous aimons les plantes, la verdure et ne pas avoir de plantes dans la maison est quand même triste. Le vert est une jolie couleur, ça serait dommage de s'en privé. 


My Little Garden est composé de trois plantes... 
Le baobab, le bonsaï, et l'orchidée.

LE BAOBAB

Le baobab, l'arbre le plus facilement reconnaissable dans les savanes africaines, est présent dans la plupart des régions sub-humides à semi-arides au sud du Sahara. On ne peut l'ignorer, ne pas le remarquer ou le considérer comme un arbre ordinaire. Il est des espèces ligneuses connues le plus massif et tient une place prépondérante dans les cultures et les croyances autochtones.

Souvent plus large que haut, avec des branches ressemblant à des racines, et largement dépourvus de feuilles pendant une grande partie de l'année, l'arbre le plus célèbre d'Afrique, le baobab, aussi appelé par les africains « l'arbre magique », « l'arbre pharmacien », « l'arbre de la vie » ou encore « l'arbre sans dessus dessous », semble mériter l'ensemble de tous ces surnoms.

D'ordinaire ce n'est pas un arbre élevé, sa hauteur n'atteignant que 14-23 mètres, mais il est réputé pour la circonférence gigantesque de son tronc qui peut atteindre 38 mètres. Le baobab est par exemple omniprésent au Sénégal tant par sa présence dans une grande majorité des paysages du pays que par sa figuration emblématique dans la plupart des documents administratifs et publicitaires.

De nombreux mythes et légendes qui hantent la société sénégalaise sacralisent le baobab. Il a inspiré les poètes, les écrivains, les peintres, les photographes, les scientifiques, les médecins,...Le baobab est l'un des arbres les plus utiles du Sahel, ce qui lui vaut traditionnellement la protection et la vénération de la population.

Exigences de culture du baobab

Substrat

Cultivez le baobab dans un mélange drainant composé de 50% de terreau de rempotage et de 50 % d'un mélange drainant de type vermiculite/perlite. Choisissez un pot plus profond que large pour que le caudex et la racine pivotante puissent se développer correctement. Le rempotage pourra se faire tous les 3 ou 4 ans de préfèrence au printemps.

Croissance

La croissance du tronc est lente. Les branches se développent plus rapidement et peuvent en une saison atteindre 20-30 cm. Vous pouvez le laisser monter ainsi ou bien privilégier une forme plus raccourcie ce qui lui permettra aussi de grossir plus rapidement du tronc avec une taille courte des branches. En pincant l’extrémité des jeunes pousses, votre baobab se ramifiera plus rapidement.

Exposition

Placez votre baobab à l'endroit le plus lumineux possible. Cela peut être derrière une fenêtre orientée plein sud, dans une véranda et encore une salle de bain disposant d'une ouverture vers l'extérieur.

Température

Le baobab supporte très bien d'être sorti en extérieur de juin à septembre dès lors que les températures ne descendent pas en dessous de 15°C de jour comme de nuit. Il supporte quelques jours des nuits un peu plus fraîches mais attention si cela persiste, il faudra le rentrer à  l'intérieur.

Arrosage

En période de végétatin (de mai à octobre), vous devez arroser votre baobab de façon à ce que le substrat reste humide.

N'utilisez pas de soucoupe en dessous de votre pot. Il est préférable de l'arroser souvent en été par exemple au lieu de le laisser baigné dans un soucoupe pleine d'eau.

Pendant la période de dormance (octobre/décembre à mai), vous n'arroserez votre baobab qu'une fois par mois de manière trés modérée. Il ne faut pas que le substrat soit humide à cette période. Idéalement, vous le garderez à une température entre 15 et 20°C. Comme il aura perdu ses feuilles à cette période, vous pouvez l'installer dans un endroit à l'écart de lumière directe.

Engrais

Les baobabs ont une affinité avec les sols calcaires donc vous pouvez par exemple lui apporter un peu graviers calcaires ou encore des coquilles d'oeuf que l'on va émietter avant de l'incorporer avec une fourchette autour du plant.

Apportez éventuellement un peu d’engrais organique en granulés au printemps. 

Maladies

Les acariens s’attaquent parfois au feuillage en intérieur lorsque l’air est sec. Ils créent un jaunissement des limbes couvert de toiles très fines ressemblant à des toiles d’araignées. Vaporisez souvent le feuillage, appliquez un acaricide si nécessaire.
[Source: www.inecoba.com]

LE BAOBABLE BAOBAB

LE BAOBAB

LE BONSAÏ

Ficus ginseng : joli petit bonsaï

Le ficus ginseng est une superbe plante d’intérieur que l’on apprécie pour son superbe tronc racine et son feuillage très décoratif.
Les feuilles se développent sur la grosse racine, formant ainsi un des plus beaux effets.
Facile d’entretien, voici comment l’arroser, le tailler ou encore la bonne période de rempotage.

En résumé, ce qu’il faut savoir :

Nom : Ficus microcarpa
Famille : Moracées
Type : Plante d’intérieur

Hauteur: 40 cm à 1 m selon hauteur souhaitée
Sol : Terreau plantes vertes, bien drainé
Entretien : Facile

Exposition : Lumière sans soleil direct
Feuillage : Persistant
Arrosage : Modéré

Entretien du ficus ginseng :

Facile d’entretien, le ficus ginseng réclame néanmoins quelques soins pour lui donner toutes les chances de vivre longtemps et dans de bonnes conditions.

  • Le ficus ginseng apprécie la température de l’intérieur de votre maison ou appartement, idéalement entre 15 et 25°.
  • Il aime avoir une bonne lumière mais pas de soleil direct
  • Il redoute les courants d’air
  • Le ficus ginseng n’aime pas être confronté à un choc brutal de température.
  • Un rempotage tous les 2 ans au printemps est presque nécessaire.

Arrosage du ficus ginseng :

Le ficus ginseng n’a pas besoin d’arrosages excessifs ni trop réguliers…

  • Arroser le ficus uniquement lorsque la terre est bien sèche en surface
  • En été, il est souvent nécessaire d’arroser un peu plus, surtout si vous le placez en extérieur.
  • Le ficus ginseng redoute l’eau stagnante

Votre ficus ginseng appréciera un nettoyage régulier des feuilles à l’aide d’un chiffon ou d’une lingette humide.

Le ficus ginseng apprécie l’humidité ambiante.

  • Vous pouvez brumiser régulièrement le feuillage avec de l’eau non calcaire, surtout en hiver
  • Vous pouvez aussi poser le pot sur un lit de bille d’argile rempli d’eau sans faire toucher le fond du pot avec l’eau

Taille du ficus ginseng :

Si l’on considère le ficus ginseng comme étant un bonsaï et qu’on veut lui conserver sa petite taille et sa forme, il convient de la tailler régulièrement.

Tailler les jeunes pousses au fur et à mesure afin de lui conserver sa forme d’origine ou la forme que vous avez souhaitée lui donner.

  • Tailler régulièrement le ficus ginseng lui permet de se ramifier.
  • Tailler les pousses de l’hiver au printemps et, en dehors, pincer les jeunes pousses au fur et à mesure.
  • Cela permettra d’avoir un feuillage plus beau et plus dense.

Maladies du ficus ginseng :

Ficus ginseng qui perd ses feuilles :

Il se peut tout simplement que votre ficus ginseng soit trop arrosé, qu’il manque d’humidité ambiante ou qu’il manque de lumière ou qu’il soit dans un courant d’air.

  • Assurez vous de n’arroser que lorsque la terre est sèche
  • Brumisez le feuillage
  • Veillez à ce que son emplacement respecte bien les conseils fournis ci-dessus.

Feuilles du ficus ginseng qui jaunissent ou se tachent :

C’est souvent le fruit d’une attaque d’araignée rouge.

  • Il suffira alors de le traiter avec un acaricide biologique vendu en jardinerie.
  • Retrouvez notre fiche dédiée à la lutte contre les araignées rouges

Feuilles du ficus ginseng qui laissent apparaître un amas blanchâtre et qui deviennent poisseuses :

C’est en général le résultat de cochenilles farineuses auquel le ficus ginseng est très sensible, surtout en intérieur.

A savoir sur le ficus ginseng :

Originaire d’Asie, le ficus Ginseng est cultivé sous nos latitudes comme plante d’intérieur, en général sous forme de bonsaï.

Sa petite taille et son large tronc en font une plante très décorative, idéale pour les décorations contemporaines.

Le mot Ginseng signifie racine en chinois, en raison de sa superbe racine aérienne, mais on l’apprécie aussi pour ses feuilles bien luisantes de couleur vert.

Facile de culture et d’entretien, on l’appelle d’ailleurs bonsaï des débutants. Capable de vivre de nombreuses années, il ne nécessite en général qu’un arrosage approprié pour durer dans le temps.

Il ne faut pas confondre le ficus ginseng avec le Panax ginseng, plante utilisée pour ses bienfaits et vertus pour la santé

Conseil malin à propos du ficus ginseng :

Le ficus ginseng appréciera de passer l’hiver dans un lieu un peu plus frais, idéalement autour de 15°.
[Source : www.jardin-malin.fr]

LE BONSAÏLE BONSAÏ

LE BONSAÏ

L'ORCHIDÉE

Les orchidées vivent, dans leur milieu naturel, accrochées aux branches des arbres, dans les forêts tropicales. Elles s'y nourrissent de débris végétaux, qui échouent entre leurs racines aériennes, et d'eau de pluie. L'orchidée a gardé un goût prononcé pour une humidité ambiante forte et une lumière tamisée... des conditions assez faciles à recréer chez vous. Symbole du raffinement, les orchidées ne laissent pas indifférentes.

Où planter vos orchidées?

Les orchidées s'adaptent bien aux températures des appartements chauffés, mais préfèrent des températures hivernales inférieures à celles de l'été. Elles ont besoin de beaucoup de lumière mais n'aiment guère le soleil direct. Elles aiment un microclimat humide : posez-les sur des plateaux de billes d'argile toujours mouillées et vaporisez souvent le feuillage.

Comment planter vos orchidées?

Le support de culture est constitué de mousse de sphagnum et de racines de polypodium, ou d'écorce de pin, de tourbe fibreuse et de granulés de polystyrène pour l'aération et le drainage. Il existe des mélanges tout prêts dans le commerce.


 

Entretien des orchidées

- Arrosez 1 à 2 fois par semaine en été et un peu moins en hiver avec de l'eau non calcaire (sauf pour le Sabot de Vénus) de préférence (eau de pluie ou eau minérale).
- Attendez toujours que le substrat soit sec pour arroser. Vaporisez de l'eau sous les feuilles, sur les racines aériennes et sur la surface du substrat une fois par jour.
- Apportez-leur de l'engrais spécial orchidées tous les 10 jours en été, tous les mois en hiver.
- Rempotez tous les deux ou trois ans, juste après la floraison. Attendez l'apparition de nouvelles racines avant d'arroser de nouveau. Lisez notre fiche conseils sur le rempotage et ses différentes étapes.
- Certaines orchidées nécessitent un tuteurage.

Pour refleurir, elles ont besoin de beaucoup de lumière et une température pas trop élevée.


Personnellement j'ai une orchidée blanche voici les conseils d'entretien...

 

My Little Garden
My Little Garden
My Little Garden

Mais nous avons également d'autres plantes comme....

LES MISERES

Résultat de recherche d'images pour "plante a feuille violette"

My Little Garden

Les misères sont des plantes au port retombant caractérisées par leur importante résistance à tout : sécheresse, chaleur, humidité, exposition... Le feuillage persistant se présente sous divers coloris, selon les espèces, dont des versions rayées ou panachées jaune vert. La misère tire son nom botanique Tradescantia du jardinier notoire du roi Charles 1er, John Tradescant.

Lors du printemps, on peut observer de minuscules fleurs de couleur blanche en générale, mais qui prennent quelquefois une teinte rose. La plante se développe convenablement dans une température entre 10 et 22 °C. Les Misères peuvent parfois envahir leur environnement au détriment des autres plantes. Ne pas hésiter à les tailler, ainsi elles s'étofferont et vous pourrez faire des boutures avec les tiges coupées : dans un verre d'eau, elles développeront des racines en quelques jours ! Il ne vous restera plus qu'à les mettre en terre et à les offrir à vos amis. Idéal pour initier les enfants au jardinage !

  • Famille : commelinacées
  • Type : plante d'intérieur
  • Origine : Amérique du Sud
  • Couleur de la fleur : blanc
  • Hauteur : jusqu'à 30 cm
  • Semis : non
  • Bouture : oui
  • Plantation : printemps
  • Floraison : printemps

Culture de la misère en intérieur (Tradescantia fluminensis)

  • Sol : elle préfère les sols légers (type terreau allégé d'un quart de sable de rivière) mais frais, cependant, elle pousse dans la plupart des sols.
  • Exposition : idéalement, lumière sans soleil direct. 20-24°C lui conviennent bien, toute l'année.
  • Floraison : au printemps, petites fleurs blanches éphémères (floraison colorée chez d'autres espèces) mais qui se renouvellent durant plusieurs semaines.
  • Parasites, maladies : mis à part les pucerons (dont les attaques sont à craindre si vous lui faites passer la belle saison dehors), la misère ne redoute aucun ravageur ni aucune maladie.
  • Rusticité : 5°C.

Multiplication de la misère

La misère se multiplie très facilement par bouturage de tiges dans l'eau, à tout moment de l'année. On peut aussi piquer les boutures directement dans du terreau humide. Réussite garantie ! Pour étoffer votre potée de misère, n'hésitez d'ailleurs pas à mettre à profit cette grande faculté d'enracinement : pincez l'extrémité des tiges -ce qui favorisera la ramification- et plantez les boutures dans le pot.

Conseils d'entretien de la misère

La misère a tendance à voir ses tiges se dégarnir et s'allonger sans se ramifier : coupez juste au-dessus d'une belle feuille les tiges devenues trop longues, afin d'encourager l'apparition de nouvelles ramifications. Arrosez régulièrement de manière à maintenir le substrat humide (espacez les arrosages en hiver). Apportez-lui de l'engrais liquide tous les 15 jours en période de croissance (du printemps à l'automne) et offrez-lui un rempotage, au printemps, tous les 2 ou 3 ans. Les misères n'ont pas besoin d'un grand pot, leurs système racinaire étant peu développé.

N'hésitez pas à partager les vitre en commentaires pour encore plus de verdure "AT HOME"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article